Espagne- 175 sénégalais entament une grève de la faim pour rejoindre la péninsule après trois mois d’attente.

Espagne- 175 sénégalais entament une grève de la faim pour rejoindre la péninsule après trois mois d’attente.

Hier, samedi 16 janvier, plus de 175 personnes, majoritairement sénégalaises, ont entamé une grève de la faim pour protester contre leur maintien à Tenerife.

Certains sont à l’hôtel Tenerife Ving depuis trois mois, une solution provisoire pour les loger après leur arrivée sur l’île en bateau. Leur objectif reste le même que lorsqu’ils ont quitté le Sénégal, mettant leur vie en danger et passant des journées pénibles au milieu de la mer: retrouver leurs proches en Espagne, chercher un emploi.

Mais les semaines passent, et bien que beaucoup aient leur passeport, ils ne peuvent pas atteindre la péninsule où se trouvent les parents qui pourraient les héberger et les soutenir. Lorsqu’ils sortent, ils risquent d’être arrêtés, de se retrouver dans un CIE et d’être expulsés. Pour toutes ces raisons – après de longues semaines d’attente qui comprenaient trois quarantaines consécutives à l’arrivée de nouveaux groupes –  samedi matin, ils ont entamé une grève de la faim illimitée. 

Khalifa Ibrahima Ndiaye est arrivé à Tenerife fin octobre. «Un miracle», assure-t-il, puisque deux cents personnes voyageaient dans le petit bateau. « Nous avons mangé une assiette de riz et bu un verre d’eau chaque jour. » Ils ont eu de la chance, ils n’ont « que » mis six jours pour arriver. A l’hôtel, dit-il, il y a ceux qui ont mis plus de dix ou douze jours pour arriver. Pensez aussi à tous ceux qui sont tombés au bord du chemin . 

WhatsApp Image 2021 01 16 at 17.21.01 2 1 1024x498 - Espagne- 175 sénégalais entament une grève de la faim pour rejoindre la péninsule après trois mois d'attente.

Cet étudiant en droit qui parle parfaitement espagnol apparaît dans une vidéo dans laquelle, entouré d’autres jeunes sénégalais, il explique les raisons pour lesquelles ils ont décidé d’arrêter de manger en guise de protestation. En conversation avec El Salto, il expose la frustration qui règne dans l’hôtel, l’une des installations touristiques dans laquelle les personnes arrivées sur les îles ont été réparties et dont l’utilisation pour accueillir temporairement des migrants fait l’objet de critiques xénophobes. et racistes.

Mais ce n’est pas dans un hôtel de Ténérife que Ndiaye et les plus de 175 personnes qui ont rejoint la grève veulent être. «Ici, ils nous donnent de la nourriture, nous pouvons dormir. Les travailleurs de la Croix-Rouge nous traitent bien. Mais nous ne sommes pas des animaux à manger et à dormir, nous sommes des êtres humains, nous voulons travailler, nous voulons être libres d’avoir une vie meilleure.

WhatsApp Image 2021 01 16 at 17.21.00 5 1024x768 - Espagne- 175 sénégalais entament une grève de la faim pour rejoindre la péninsule après trois mois d'attente.

Ndiaye a eu assez d’argent pendant des semaines pour payer son vol vers l’Espagne et retrouver sa famille qui attendait à Huesca. Son projet personnel se heurte, comme les projets de tous ceux avec qui il partage le sentiment des limbes et la peur d’être renvoyé à la case de départ, avec la forte volonté de l’État d’empêcher ceux qui atteignent les côtes canariennes (environ 22000 personnes au cours de l’année 2020) continuent vers le continent.

Le cas des Sénégalais est complexe car ils ne sont pas considérés comme ayant le droit d’asile comme c’est le cas des citoyens du Mali voisin – bien qu’il y ait eu des rapports de rapatriements en Mauritanie également de personnes de cette nationalité – et du ministre des Affaires étrangères, Arancha González Laya Il s’est rendu au Sénégal en novembre dernier, où il a accepté de reprendre les expulsions vers le pays, avec le président Macky Sall.

Ndiaye tient les autorités de Dakar pour responsables de ne pas avoir mobilisé sa diplomatie à Madrid pour aider ses citoyens migrants bloqués dans l’archipel. Les personnes qui, après avoir été détenues pendant plus de 60 jours, devraient pouvoir se déplacer sans craindre d’être expulsées. La critique du gouvernement sénégalais pour son indifférence face à la tragédie vécue par une grande partie de sa jeunesse, poussée à émigrer faute d’avenir, a généré une vague de protestations l’automne dernier.

WhatsApp Image 2021 01 16 at 17.20.59 1 1024x768 - Espagne- 175 sénégalais entament une grève de la faim pour rejoindre la péninsule après trois mois d'attente.

Mais, selon Ndiaye, c’est le gouvernement espagnol que la grève veut défier. Il fait valoir qu’en tant que pays démocratique qu’est l’Espagne, ils s’attendaient à un traitement plus humain. Non seulement pour des raisons de solidarité mais pour des raisons de justice. «Nous disons que nous, les migrants, venons réclamer notre part du gâteau. Pendant des siècles, ils ont pris les richesses de l’Afrique, ils nous ont utilisés pour l’esclavage. Et maintenant, ils nous rejettent quand nous arrivons au travail après avoir risqué notre vie dans des bateaux ».

Le jeune sénégalais et ses collègues espèrent que la situation dans laquelle ils se trouvent sera rendue visible. «Nous demandons au gouvernement espagnol de nous permettre d’atteindre la péninsule et de rencontrer nos familles. À ceux qui ont un passeport valide, mais aussi à ceux qui n’en ont pas. Aucun être humain n’est illégal », dit-il samedi après-midi, avant de passer sa première nuit à jeûner. Pour l’instant, les médias sénégalais ont déjà couvert sa manifestation.

Rédaction El Salto

Senejet

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.