Nécrologie- Le Sénégal perd son monument des médias : Babacar Touré du groupe sud com est parti

Nécrologie- Le Sénégal perd son monument des médias : Babacar Touré du groupe sud com est parti

C’est l’un des hommes les plus épiques de la lutte pour les libertés d’expression et de presse que le Sénégal vent de perdre . Un homme qui a marqué , ces dernières quarante années au Sénégal par sa présence, son engagement et son sens de soif de démocratie et de libertés.

Babacar Touré lance avec un groupe d’amis , la création du magazine Sud Hebdo en 1982.

Ce magazine deviendra Sud Quotidien en 1993,. Aprés il lance dans ses flancs la radio Sud Fm en 1994. Aprés c’est , une école de formation de journalistes et de communicants, Issic, en 1996.

ET des initiatives mortes-nées comme La chaine africaine (Lca), du fait d’ostracisme de la part des pouvoirs publics de son pays, Babacar Touré a toujours tenu son rang et sa posture de vigie de la démocratie.

Les régimes du Président Abdou Diouf ou de Abdoulaye Wade ont eu à croiser le fer avec lui. Babacar Touré est resté égal à lui-même, farouchement attaché à l’éthique et aux bonnes pratiques de sa profession. Les intimidations et autres menaces ou représailles n’ont jamais eu raison de ses convictions.

Quand le Président Macky Sall avait réussi à le convaincre de prendre en charge le Cnra, nous disions, avec la voix de tous les professionnels africains des médias, que «le Président Sall avait choisi le meilleur de nous tous».

Son mandat de six ans à la tête de cette institution nous aura confortés. Babacar Touré est incapable de compromission. Ce n’est pas à 68 ans qu’on va changer un homme qui s’est déjà réalisé sur les plans professionnel et social. Il a l’expérience des évolutions politiques et institutionnelles du Sénégal des 40 dernières années.
Ce serait franchement une autre forme de reconnaissance du mérite d’un homme qui a contribué positivement aux fortifications du système démocratique de son pays. Sud Fm avait démarré ses programmes le 24 mai 1994, comme l’un des pionniers des médias audiovisuels privés en Afrique. 25 ans après que son promoteur soit reconnu serait un superbe témoignage du rôle positif des médias dans nos sociétés.
Comme s’ils ne voudraient pas mettre tous leurs œufs dans un même panier, des responsables politiques, du pouvoir comme de l’opposition, évoquent la possibilité de mettre en place un duo pour conduire le dialogue politique.

Sénéjet présente ses condoléances à sa famille et au groupe sud communication

Senejet

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.